Petites Soeurs de Marie, Mère du Rédempteur 14, rue Pierre Boisramé 53 390 SAINT-AIGNAN SUR ROE

 Nous contacter (Renseignement – Intentions de prières) psm.st-aignan@wanadoo.fr

© Les Editions de la Morinaie  INPI Rennes Mentions légales  

Tel : 02 43 06 58 84     Fax : 02 43 06 93 86


Avec Marie

Nos Liens

Mère Marie de la Croix

notre fondatrice

Textes Spirituels

Notre Famille Spirituelle

Implantations

Notre Histoire

Nos Maisons

Vous êtes ici : accueil >

Nos Publications

Ta croix, ô Christ, est la source de toutes les bénédictions, la cause de toute grâce. Par elle, les croyants tirent de leur faiblesse la force, du mépris reçu la gloire, et de la mort la vie. Désormais, l'unique offrande de ton corps et de ton sang donne leur achèvement à tous les sacrifices, car tu es, ô Christ, le véritable Agneau de Dieu, toi qui enlèves le péché du monde. L'ensemble des mystères trouve en toi seul son sens plénier : au lieu d'une multitude de victimes, il n'y a plus qu'un unique sacrifice.




Vendredi Saint

Sermon de St Léon le Grand pour la Passion, 8, 6-8



Saint Nersès Snorhali (1102-1173), patriarche arménien

Jésus, Fils unique du Père, § 708-724 ; SC 203 (trad. SC p. 177 rev.)


" Vous, vous êtes d'en bas ; moi, je suis d'en haut "

À cause du péché, toi l'innocent,

Tu t'es tenu devant le tribunal pour le condamné ;

Lorsque tu reviendras avec la gloire du Père,

Ne me juge pas avec lui.


Tu as été bafoué par le crachat du sacrilège

À cause de la honte du premier homme créé ;

Efface la honte des péchés de l'impudent,

Avec laquelle je me suis couvert le visage…


Tu as revêtu la pourpre,

Tu as mis sur toi le manteau rouge

Comme un déshonneur et un affront,

Comme le pensaient les soldats de Ponce Pilate (Mt 27,28).


Ôte de moi le cilice du péché,

La pourpre rouge, couleur de sang,

Et revêts-moi du vêtement joyeux

Dont tu avais revêtu le premier homme.


Fléchissant le genou, ils se moquaient,

En s'amusant, ils se gaussaient ;

Contemplant cela, les armées célestes

Adoraient avec crainte.


Tu as subi tout cela afin que de notre nature d'Adam

Tu enlèves la honte de l'ami du péché,

Et que de mon âme, de ma conscience,

Tu supprimes la honte, pleine de tristesse…


À travers ton corps entier

Et sur toutes les parties de tes membres

Tu as reçu les coups terribles de la flagellation

Après le verdict du juge ;


Moi qui des pieds jusqu'à la tête

Souffre des douleurs intolérables,

Veuille me guérir de nouveau, une deuxième fois,

Comme par la grâce de la fontaine du baptême.


En échange des épines du péché,

Que pour nous la malédiction a fait pousser (Gn 3,18),

Sur ta tête une couronne d'épines a été placée

Par les ouvriers de la vigne de Jérusalem (Mt 21,33s).


Arrache de moi les épines du péché

Que mon ennemi a plantées en moi,

Et guéris en moi la morsure de la plaie

Pour que les stigmates du péché soient supprimés.